Skip navigation

Category Archives: Hotels

Saline: Ah, sweet, sweet perfection (Photo: Pierre Carreau)

Saline: Ah, sweet, sweet perfection (Photo: Pierre Carreau)

Saline is currently the subject of heated island debate that aptly underscores the difficulty of striking the balance between economic expansion, conservation efforts, and the safeguarding of a relatively unspoiled part of the island, thanks in large part to the local government’s long-standing policy of controlled urban development. A 40-room luxury hotel project is at the center of the debate, notably because the development project plans to go up in a green, or non-buildable zone. Some of the island’s councilors favor the project, arguing that a luxury hotel is in keeping with the island’s niche market tourism and would ease the current room shortage caused by a series of real estate changes in the hotel sector. Among the list, Colombier’s François Plantation, after two years in operation, closed last year. In Pointe Milou, the Christopher hotel was sold two years ago, opened last season and is currently closed for renovation. The St. Barth Beach Hotel in Grand Cul de Sac was sold two years ago and will be reincarnated as a 46-room luxury hotel space called Niilaïa, now in construction. 

The Saline project has caused many local groups and associations to go up in arms in protest to what they see as a flagrant violation to nature conservation efforts. To save what they consider to be an important piece of the island’s heritage, a petition is being circulated and with it, passionate opposition. For the project’s opponents, a new hotel on an island where existing hotels are already feeling the strain of the economic recession by way of sagging occupancy rates is counter-intuitive. From a historical perspective, opponents argue that the salt marshes are part of the island’s past, and as such, deserve to be preserved for future generations. With almost 1,000 signatures, petitioners have guaranteed themselves the right to put the question up for referendum. 

Will elected officials decide to overlook the public’s disgruntlement and declassify the green zone lots so that the hotel can proceed with construction? I could be wrong, but I think that officials will side with the people and think twice before sending in the bulldozers. They’ll keep green green.

Pour parler d’actualité et de l’équilibre fragile à trouver entre le développement économique, la préservation de l’environnement et du charme unique d’une île dû, en partie, à son urbanisme encadré, Saline fait l’objet d’un débat agité dans la communauté locale. Au centre de la discussion, le projet de construction d’un hôtel de luxe de 40 chambres, situé sur des parcelles actuellement classées en zone verte, inconstructible, près de la plage. Ce projet reçoit l’écho favorable d’un certain nombre de conseillers territoriaux au motif qu’il s’inscrit dans la ligne du tourisme haut de gamme et surtout qu’il comblerait le déficit de chambres suite à la fermeture récente de plusieurs établissements. Plusieurs hôtels ont en effet changé de mains ces dernières années. A Colombier, François Plantation, après deux années d’exploitation, a fermé l’année dernière. A la Pointe Milou, le Christopher, vendu il y a deux ans, a ré-ouvert ses portes, pour la saison d’hiver, l’année dernière. Il fait actuellement l’objet de travaux de rénovation avant l’ouverture de la prochaine saison. A Grand Cul de Sac, le St-Barth Beach Hotel, racheté il y a deux ans,  devrait devenir dans les années à venir, le Niilaïa, un hôtel/spa de luxe de 46 chambres.

Le projet de Saline a entraîné une levée de bouclier, plutôt inattendue par son ampleur, de la part de certains habitants du quartier et de plusieurs associations de l’île qui ont lancé une pétition de sauvegarde de la Saline. Selon eux,  Saline fait partie des zones naturelles « qui font partie du patrimoine de Saint-Barthélemy ». Pour les opposants au projet, la crise économique ne justifie pas la construction de nouveaux hôtels alors que les établissements existants connaissent actuellement une chute de fréquentation. Saline doit en outre être protégé et restauré pour « en faire un lieu de mémoire », en référence au passé de l’exploitation du sel. La pétition a obtenu plus de 1200 signatures, ce qui autorise d’ores et déjà, selon la législation locale, l’organisation d’un référendum local sur la question.

Dans ces conditions, les élus locaux prendront-ils la décision de déclasser les parcelles et d’autoriser la construction de l’hôtel ?

C’est peu probable. Et Saline a toutes les chances de rester verte encore quelques années.